Palais te

Palais Te

Palais Te

Le Palais Te, à Mantoue, se présente aux visiteurs comme un édifice à plan carré, avec une grande cour intérieure, inspiré de la « villa rustique antique », et dont le répertoire des décorations extérieures s'inspire également de l'antiquité. Le hall du côté ouest rappelle lui aussi l'antiquité ; en effet il s'inspire de l'atrium de la domus romaine, avec une pièce rectangulaire divisée en trois.

Le Palais Te est né de la rencontre entre Giulio Romano et Frédéric II Gonzague, qui eut lieu en 1524, l'année où l'artiste arriva à Mantoue. Le marquis Frédéric II chargea Giulio Romano de restructurer les écuries qui existaient sur l'Ile du Te, pour construire un palais dédié aux loisirs et aux divertissements. Il en est né un projet tellement beau que la famille Gonzague utilisera souvent le Palais Te pour recevoir les hôtes illustres, tels que l'empereur Charles V.

L'itinéraire de visite du Palais Te conduit dans certaines des nombreuses pièces de cet édifice, toutes richement meublées et décorées, avec de remarquables décorations picturales. Beaucoup de chambres tirent leur nom des principaux sujets qui y sont représentés, comme la spectaculaire Chambre du Soleil et de la Lune, ou celle d'Ovide et des Métamorphoses.

La pièce la plus somptueuse du palais, et la plus représentative de sa fonction, est la Chambre d'Amour et Psyché : cette salle était dédiée à accueillir uniquement les hôtes les plus illustres pendant les banquets. Le cycle pictural illustre 22 étapes du récit d'Amour et Psyché tiré des Métamorphoses d'Apulée, peintes par Giulio Romano sur la voûte et dans les lunettes, tandis que sur les murs sont représentés d'autres mythes sur le sujet des amours difficiles où des dieux et des hommes sont protagonistes.

Une autre pièce étonnante du Palais Te est la Chambre des Géants, où Giulio Romano propose une expérimentation picturale qui est restée unique pendant des siècles, en peignant sur la voûte la scène de la Chute des Géants, racontée par les Métamorphoses d'Ovide, en dépassant avec la peinture les limites architecturales, et en captivant le spectateur.

Suivez-nous sur nos réseaux