Basilique de s marie majeure

Basilique de S. Marie Majeure

Basilique de S. Marie Majeure

La Basilique de Sainte Marie Majeure, dans le cadre splendide de la ville haute de Bergame se dresse dans un dense réseau de rues, sur la piazza del Duomo .
Elle fut construite pendant la deuxième moitié du XIIème siècle, et présente, à l'extérieur, un aspect typiquement roman; à l'intérieur les décorations rappellent le style baroque brillant. Cette basilique, voulue par les habitants de Bergame comme vœu pour que la Sainte Vierge Marie mette fin à une longue période de sécheresse, ne fut terminée qu'au XIIIème siècle. D'ailleurs, les travaux continuèrent jusqu'à la fin du XVIIIème siècle. Depuis cette date la Basilique de Sainte Marie Majeure se dresse au cœur de la Ville Haute, ancrée entre la piazza Vecchia et la piazza Rosate, dans la partie la plus noble du Bergame historique entouré par les remparts vénitiens. Son rôle central en termes d'urbanisme et de religion est confirmé par deux circonstances : la première est que l'édifice n'a pas de façade au sens traditionnel, mais peut se vanter d'avoir deux façades.
Bien que la façade ne dispose pas d'entrée centrale car elle est limitrophe à l'ancien palais épiscopal, on peut entrer dans la basilique par trois portes différentes. L'entrée la plus belle se trouve du côté gauche de la construction, la porte des Lions Rouges, tandis que les deux autres portes sont la porte des Lions Blancs et la Porte de la Fontaine, cette dernière étant l'œuvre de Pietro Isobello.

L'église se dresse sur les ruines d'une autre église plus petite, autrefois dédiée à la Sainte Vierge. On sait peu de détails sur son constructeur - Magistero Fredo - identifié comme un des Maîtres de Côme. L'église suit le style roman typique de cette époque-là, enrichi d'influences provenant de diverses zones géographiques, même du reste de l'Europe, par exemple de la zone du Rhin. Parmi les cinq absides originales, seules deux ont survécu, l'abside centrale et celle au sud-ouest.
Le tissu constructif de la maçonnerie révèle des techniques différentes en fonction des époques de sa construction, qui fut évidemment conditionnée par des disponibilités financières diverses : la partie ouest et celle de la première bande inférieure sont construites avec de grands blocs réguliers et bien équarris ; le reste est construit avec des blocs plus petits et irréguliers. La couleur du grès employé est chaude et variée, allant d'un jaune ambré doux à un gris pierreux. 

Suivez-nous sur nos réseaux